Edito N°1

« Place de l’Optique » : le nouveau média collaboratif de toute la filière.

Un nouveau média, est un acte de foi : dans la fonction de l’information, dans l’engagement du lecteur, dans l’aspiration collective à améliorer les choses.

Créé en 1998, L’Essentiel de l’Optique s’est posé en rupture avec la presse professionnelle. Il ne se compare pas à elle, il vient la compléter. C’est une presse indépendante d’analyse, de conseil, de prospective, telle qu’il n’en existait pas. A l’orée de ses 20 ans, il était logique que le magazine avance à nouveau une initiative majeure sur le marché de l’information sectorielle.

C’est chose faite avec « Place de l’Optique », premier média collaboratif de la filière optique où c’est l’internaute qui en permanence nourrit l’information (fonction : jinforme@placedeloptique.fr). Priorité au contenu collaboratif.

Dans l’espace médiatique d’aujourd’hui, l’info en continu est devenue une petite musique lancinante, voire obsédante ; quand elle n’est pas carrément anxiogène. Elle est souvent brouillonne, partielle et émotionnelle : on n’y comprend rien. Notre rôle consistera à contrôler et clarifier les données, trier et hiérarchiser les priorités, contextualiser les informations pour les rendre à la fois plus justes, plus lisibles et plus opérationnelles.

Pour passer de la donnée muette à l’information constitutive d’un savoir, d’une expertise et d’une action, nous aurons naturellement besoin de vous, professionnels de l’optique. Autour d’un engagement fort : le métier d’opticien est l’expression d’une mission fondamentale, rendre la vue, permettant ainsi le bien-être de tous. Nous sommes de ceux qui parient sur sa réinvention permanente et sur sa pérennité. Vous aussi ? Rejoignez-nous !

Aujourd’hui la presse change. Les lecteurs deviennent des contributeurs. Ils sont les nouveaux rédacteurs en chef de l’ère digitale. Confirmant notre intime conviction : une presse de talent, c’est avant tout une presse qui sait rassembler des lecteurs de talents.

Cet espace est désormais le vôtre. Je le sais entre de bonnes mains.
Nous n’avons jamais considéré l’information autrement que dans ce partage.

 

Gérard Larnac