Lettre ouverte des OLU au ROF

Cher Mr Balbi, chers confrères du ROF. Les Opticiens Lunetiers Unis (OLUs) constatent que le protocole que vous avez signé est insatisfaisant – voire dangereux – pour l’immense majorité d’entre nous, dont beaucoup sont sous enseignes et donc membres du Rassemblement des Opticiens de France (ROF) de manière plus ou moins volontaire. Nous imaginons quelle a du être la pression que vous avez subie. C’est pourquoi nous respectons votre engagement, même si nos combats ne vont pas dans le même sens. Le nôtre, c’est surtout la loi Le Roux sur les remboursements différenciés. Loi que vous vous êtes engagés à combattre dès les premiers articles de votre charte de constitution. Ces remboursements différenciés, le protocole signé par vous les renforce. Il permet même un déremboursement total en dehors des réseaux. Inéluctablement ! Par ailleurs, ce texte est parsemé d’aberrations médicales et économiques. Avez-vous remarqué que la formulation de l’article 4 impose aux OCAM de baisser de 33% le remboursement des verres dans les contrats responsables ? Il y aurait des dizaines de questions du même genre à poser sur les codes LPP, le rapport entre marché A et B, l’inculture médicale sur les indices, les pré-calibrages, les appairages, les verres neutres obligatoirement avec filtres etc… Le présent courrier n’est pas là pour tout pointer. Sa raison d’être est de vous dire que l’on comprend très bien que vous ayez pu être faillible. Qui ne l aurait pas été ? Qui n’a pas fait d’erreurs ? Qui n’a pas intégré un métier qu’il ne connaissait pas sans casser des œufs ? Le problème aujourd’hui est que la moitié de la filière – en amont et en aval – va être impactée avec un risque massif de dépôts de bilans et de chômage par dizaine de milliers d’emplois. Le problème aujourd’hui est que notre/votre métier va mourir dans les mains avides des financiers que vous vous êtes engagés à combattre. Le problème aujourd’hui est que nos vocations, nos savoir-faire, nos fonds de commerce, la vie de nos familles, la transmission à nos enfants… tout cela va mourir. Le problème aujourd’hui, est qu’avec un panier moyen à 450€ et un taux de marge nette de 4%, toute vente moyenne inférieure a 430€ est a perte. Il nous est totalement impossible d’absorber plus des 5% de vente à perte que nous supportons déjà avec la CMU-c. Le problème aujourd’hui, est qu’à de tels niveaux de prix, c’est la fin de la fabrication européenne de montures et de verres. C’est la porte ouverte aux importations chinoises les plus minables par conséquent. Le problème aujourd’hui, est qu’on a 3000 gamins chaque année dans nos écoles, souvent très chères. Que va t’on en faire ? Le problème aujourd’hui est que vous avez dans vos mains nos vies, nos engagements financiers, notre avenir, et que nous avons l’outrecuidance de croire que nous sommes les seuls a pouvoir en décider dans notre for intérieur. Cher Mr Balbi, chers confrères du ROF, sans aucune provocation, rancœur ou esprit de chapelle que nous n’avons pas, nous sommes transverses il est bon de le rappeler, nous vous demandons de rompre aussitôt ce protocole d’accord. Tant que ce n’est qu’un protocole, vous en avez le pouvoir. Sans sanction ou indemnisation. On se grandit à reconnaitre ses manques. On s’entoure de foules de soldats dévoués en le faisant. On gagne des guerres en les menant ensemble… humblement, mais fortement. Cher Mr Balbi, chers confrères du ROF, sans aucune provocation, rancœur ou esprit de chapelle que nous n’avons pas, nous sommes transverses, il est bon de le rappeler, nous vous demandons de rompre immédiatement ce protocole d’accord, tant que ce n’est qu’un protocole. Vous en avez le pouvoir, le devoir, et ce sans sanction ou indemnisation. Merci par avance de nous entendre. Merci de nous comprendre. Bien confraternellement,

Le bureau des OLUs.

(Opticiens Lunetiers Unis)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *