Krys Group crée le premier protocole de télémédecine dédié à la vue

 

C’est une innovation majeure pour remédier aux déserts médicaux et garantir un accès optimisé aux soins optiques : un protocole validé pour une correction visuelle adaptée en 15 jours contre 6 mois aujourd’hui ! Une initiative privée, signée Krys Group, pour une cause nationale : la santé visuelle des Français. Et pour toute la filière, l’émergence d’un nouveau modèle.

Krys Group vient de présenter une innovation majeure. Afin de remédier aux déserts médicaux et désengorger les cabinets d’ophtalmologie, l’enseigne invente la première solution de télé-ophtalmologie pour accélérer le délai de délivrance des équipements optiques. En partenariat avec MédecinDirect, le N°1 français de la télémédecine, Krys Group expérimente un protocole unique en France coordonnant les trois professionnels de la santé visuelle que sont les ophtalmologistes, les orthoptistes et les opticiens. Le déploiement a démarré début mars et le service s’enrichira en permanence des retours d’expérience.

« Avec cette initiative, explique Patrice Camacho, Directeur santé et réglementation chez Krys Group, nous nous plaçons comme acteur de santé visuelle et démontrons la capacité des opticiens à contribuer au maintien de notre filière d’excellence. Face aux enjeux de la désertification médicale et de l’augmentation des besoins de suivi médicaux pour la prise en charge d’une démographie vieillissante, nous avons choisi la voie de la recherche et de l’innovation qui nourrit notre Groupe depuis plus de 50 ans. La mise au point de ce protocole de télémédecine a nécessité 24 mois d’études, d’échanges avec les acteurs de notre secteur dont principalement les ophtalmologistes, et un investissement significatif de notre part. Mais c’est l’investissement nécessaire pour apporter des solutions concrètes à certains territoires de France qui n’ont à ce jour pas de solutions acceptables pour la santé visuelle. Les opticiens Krys Group sont prêts à se mobiliser pour répondre à ce défi de santé publique ».

Des opticiens au service de l’intérêt collectif

Le délai d’obtention d’un rendez-vous chez un ophtalmologiste est estimé à 117 jours en moyenne et peut atteindre un an dans certaines régions de France. Pour les enfants, il faut compter en moyenne 138 jours, soit la moitié d’une année scolaire : un délai qui ne cesse de s’allonger et dont les conséquences médicales et sociales peuvent être très lourdes.

« Ces délais font ressortir une situation alarmante face à laquelle, en tant que leader de l’optique en France, nous devions réagir. Nous avons donc investi massivement dans un parcours de soin digitalisé qui doit faire évoluer la filière toute entière, au bénéfice de tous les Français », poursuit Patrice Camacho.

La promesse ? Obtenir son équipement en… 15 jours au lieu de six mois !

Sous l’autorité de l’ophtalmologiste, un protocole coordonne le travail des orthoptistes et des opticiens. Le service de télé-ophtalmologie est proposé par l’opticien qui oriente son client vers cette solution lorsqu’il y est éligible. Puis il détermine la correction du patient. Le protocole fait ensuite intervenir un ophtalmologiste par téléconsultation et un orthoptiste pour réaliser les examens physiques de fond de l’œil et de tension oculaire qui permettront à l’ophtalmologiste de faire la prescription nécessaire. En tout, ce protocole réduit à 15 jours les 6 mois d’attente habituels. Levant ainsi le principal frein du marché. Quand on sait que 4 Français sur 10 auraient déjà renoncé aux soins optiques à cause des délais trop longs, on saisit là qu’il s’agit d’une petite révolution !

Ce protocole de télé-ophtalmologie s’adresse aux porteurs de correction déjà équipés, mais n’ayant plus de prescription en cours de validité ou dont la vue a évolué. Il a été validé par plusieurs séries de tests et les toutes premières corrections ont été télé-prescrites par l’intermédiaire des magasins pilotes de Taverny et Franconville (95). Un troisième devrait être déployé à Strasbourg (67) avant d’être étendu à l’ensemble du territoire.

« Ce protocole initie un cercle vertueux. Les porteurs de correction n’ont plus besoin d’attendre leur rendez-vous pour changer d’équipements et gagnent ainsi un temps précieux. Mécaniquement, les cabinets des ophtalmologistes sont désengorgés et s’ouvrent à l’accueil de nouveaux patients dans des délais devenus plus raisonnables » explique Patrice Camacho.

Un nouveau modèle pour toute la filière

Cet ingénieux protocole de télé-ophtalmologie s’appuie sur les règlementations actuellement en vigueur, notamment les délégations de tâches qui s’appliquent entre ophtalmologistes, orthoptistes et opticiens.

C’est Krys Group qui prend en charge l’intégralité du coût de ce service pendant sa phase de lancement. L’objectif du groupe est de prouver qu’il existe des solutions concrètes au problème des déserts médicaux et de l’accès aux soins, en complément des dispositifs existants.

« Ce projet est particulièrement ambitieux et l’engagement de Krys Group a permis d’aboutir à la mise en place d’un protocole soigneusement discuté et validé. Les ophtalmologistes qui rejoignent notre réseau sont très enthousiastes et nous démontrons ensemble qu’un nouveau modèle, satisfaisant pour tous les intervenants, est possible », précise de son côté Marc Guillemot, Cofondateur et VicePrésident de MédecinDirect.

« A travers ce nouveau service, Krys Group enrichit l’expérience client au sein de ses enseignes et poursuit sa stratégie de différenciation, en proposant à ses clients une véritable prise en charge globale de leur santé visuelle, conclut Jean-Pierre Champion, Directeur général de Krys Group. Cette initiative et ce partenariat avec MédecinDirect illustrent l’agilité et la capacité d’innovation de notre Groupe qui dans un marché tourmenté, veut continuer de croître en devançant les évolutions de la filière » conclut Jean-Pierre Champion.

En apportant une solution à la sous-prescription ophtalmologique qui pénalise depuis des décennies la santé des Français et verrouille la dynamique naturelle du marché, Krys fait la démonstration que l’initiative peut triompher des réformes imposées. Par la mise au point d’un modèle nouveau, le groupe de Nanterre redonne à toute la filière de sérieuses raisons d’espérer.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *