Nouveau devis normalisé : sans code LPP

Début juillet, et avec un bel ensemble, le ROF et la FNOF se sont félicités de la décision de la DSS (Direction de la Sécurité sociale) de ne pas faire figurer les codes LPP sur le devis. Dans le nouveau devis normalisé en effet, ceux-ci seront remplacés par des « codes de regroupements ».

Ces derniers devraient permettre aux complémentaires d’identifier des catégories de prise en charge (exemple : CMU, verres simples ou complexes ou hypercomplexes) sans pour autant transmettre les données de correction visuelle de l’assuré.

Aucune donnée de santé ne sera donc transmise aux OCAM. Certains affirment déjà qu’en l’absence de ces données concernant la puissance des verres et la correction du porteur, les grilles tarifaires des OCAM deviennent sans objet. Et pierre dans le jardin des ophtalmologistes : désormais, l’ordonnance pourra être établie directement par un médecin généraliste. La possibilité existait déjà, mais conditionnée à l’aval de l’ophtalmo. Cette fois, la mesure peut singulièrement libérer le marché dans les zones sous dotées.

« Cette évolution positive résulte du travail mené par les syndicats d’opticiennes et d’opticiens. Tout d’abord, la FNOF a depuis longtemps milité pour limiter la transmission de données de santé aux AMC. Ce résultat a été possible également grâce aux actions du ROF pour le report de l’entrée en vigueur du devis en 2017 (dont le modèle comportait les codes LPP détaillés) et par la signature de l’accord du 100% Santé », s’est félicité André Balbi, Président du ROF (Rassemblement des Opticiens de France).

 

Modèle du nouveau devis normalisé

Laisser un commentaire